ROBERT ABDESSELAM

Biograpgie Robert Abdesselam Biograpgie Robert Abdesselam Biograpgie Robert Abdesselam Biograpgie Robert Abdesselam

"LES MILLES ET UNE VIES DE ROBERT ABDESSELAM"

Né le 27 janvier 1920 à El Biar (Algérie), Robert Abdesselam a connu une destinée digne du roman de Joseph Kessel, marquée par la guerre et la décolonisation mais aussi par la performance sportive au plus haut niveau. Qui d’autre peut se targuer d’avoir croisé à la fois le général de Lattre de Tassigny dans la France de 1940 puis Jack Kramer ou Budge Patty dans le vestiaire de Wimbledon ?


UN JEUNE HOMME ENGAGÉ

Après des études secondaires à Alger et à Paris, Robert Abdesselam obtient une licence de droit et suit les cours de l’Ecole libre des sciences politiques.
En décembre 1940, il devient chef d’un chantier de jeunesse dans le Puy-de –Dôme, où il rencontre de Lattre de Tassigny. Fin 1941, en Tunisie, il croise une nouvelle fois le chemin du militaire français, avant d’être attaché au cabinet du général Mast, résident général de France à Tunis en 1943.
Sur le terrain, Bob participe à la campagne d’Italie dans les rangs du Corps expéditionnaire français en Italie (Cefi) comme officier de liaison avec le commandement allié, poste qu’il conserve jusqu’à l’armistice. Il prend part, entre autres, à la prise de Florence et fut l’un des premiers français à entrer dans Rome.


PREMIERS PAS EN POLITIQUE, DEVIENT UN PARLEMENTAIRE CONFIANT, PASSANT DE L'ESPOIR AU DOUTE

Conseiller technique auprès de Chérif Sid Cara (secrétaire d’Etat à l’Algérie dans les cabinets Bourgs-Maunoury et Félix) en 1956.

Il accompagne à cinq reprises, entre 1956 et 1961, la délégation française aux Nations-Unies lorsque la question algérienne est portée à l’ordre du jour.
Aux élections législatives de novembre 1958, Robert Abdesselam est élu député d’Alger-Banlieue. En mai 1960 à Paris, il est victime d’un terrible attentat organisé par le FLN (Front de Libération National fondé en Algérie en 1954).
Robert Abdesselam est criblé de balles, miraculé du fait qu’une balle de l’exécuteur s’enraille et aussi qu’une balle soit stoppée, plein cœur, par son carnet d’adresses !


LE CHAMPION DE TENNIS

« Ma mère m’a initié au tennis en 1927, j’avais 7 ans et les Mousquetaires étaient bien évidemment mes idoles ». C’est ainsi que Bob évoquait en 1999 ses débuts dans le tennis.
Il aura même l’occasion, alors qu’il n’est âgé que de 10 ans, d’échanger des balles avec Jean Borotra. Première série de 1937 à 1956, n° 2 français à cinq reprises, il porte les couleurs de l’équipe de France en Coupe Davis 21 fois en sept ans (1947-1953), 11 victoires simples et doubles confondus.
En 1947, alors âgé de 26 ans, il parvient en huitième de finale à Wimbledon.


LE DIRIGEANT DU TENNIS

En homme responsable, Robert Abdeselam a également mené une carrière de dirigeant dans le tennis : il fut ainsi vice-président de la Fédération Française de Tennis (1968-1974) et de la Fédération International de Tennis ( 1974-1975). A la tête de l’International Lawn Tennis Club pendant 10 ans (1993-2004), il en devient Président d’Honneur en 2004.


L'AVOCAT INTERNATIONNAL

Avocat reconnu dans son domaine, celui des affaires internationales, étroitement mêlée à l’histoire de La Chemise Lacoste, membre du Conseil d’Administration depuis 1963 jusqu’à 2005. Robert Abdesselam eut à traiter de nombreux dossiers : implantation dans de nouveaux pays, contrats de licences et de distribution, affaires de propriété intellectuelle, de contrefaçons.
Il mis sa compétence juridique au service de la FFT et FIT, notamment dans les années 1968, pour traiter le dossier délicat du passage du statut « amateur-marron » au statut du joueur professionnel, ainsi que pour l’ouverture aux joueurs professionnels aux 4 tournois duGrand Chelem, en particulier Roland Garros.


LES HONNEURS

Au cours de sa vie, Robert Abdesselam a reçu de nombreuses distinctions, dont celles de Commandeur de la Légion d’honneur, commandeur du Mérite sportif, et titulaire de la Croix de guerre 1939-1945.


UN HOMME EN PHASE AVEC SON TEMPS

Bob fut en effet un homme en phase avec son temps durant la Seconde Guerre mondiale comme pendant la guerre d’Algérie, il en est de même comme joueur et dirigeant du tennis, comme engagé dans ces autres vies européennes et atlantistes. Jusqu'à la fin de sa vie, il est décédé le 26 Juillet 2006, Bob était à l’écoute des autres, il parlait avec tout le monde, dans plus de 4 langues étrangères, avec le cœur et en faisant appelle à sa mémoire impressionnante qui lui permettait de citer des scores de ces matches joués, il y a 50 ans.
Comme l’écrit Michel Lacoste, dans la préface de la biographie de Robert Abdesselam, une vie criblée de balles, « Robert Abdesselam fut un homme extra-ordinaire ». Que ce site de la Fondation Robert Abdesselam permettre de ne jamais l’oublier.

www.4chemins.net